Black Week ♡ des prix doux sur une sélection d'articles Black Week ♡ des prix doux sur une sélection d'articles
· ·

Yoga : 4 postures pour soulager les règles douloureuses

· ·

Beaucoup de questions entourent la pratique du yoga lors des menstruations. Chaque femme est libre de faire son propre choix sur le type de yoga à pratiquer lors de ses règles. À vous de choisir si vous souhaitez pratiquer des postures d’inversions, ou non. Pour vous aider à adoucir votre pratique, voici 4 postures de yoga à adopter pour soulager la douleur ou tout simplement pour vous détendre. 

  • Posture de l’enfant, Balasana
  • D’abord à quatre pattes, déposez votre fessier sur vos talons, puis votre front au sol. Vos bras viennent alors s’allonger devant vous, les paumes peuvent ainsi se reposer à plat sur le tapis de yoga et étirer vos muscles. Restez dans cette posture un moment pour entrer dans un état méditatif tout en respirant profondément. 

  • Posture du papillon, Baddha Konasana
  • Assise avec les jambes croisées, ramenez vos pieds vers votre bassin. Essayez ensuite de ramener vos genoux vers le sol de manière à sentir un étirement profond au niveau des cuisses. La posture du papillon apaise le système nerveux ainsi que les douleurs menstruelles. 

  • Posture du chameau, Ustrasana
  • Agenouillez-vous sur votre tapis de yoga, les genoux écartés. Posez vos paumes de main sur le bas de votre dos avec le bout des doigts vers le bas. Appuyez doucement sur votre bassin pour l’orienter vers l'avant et inclinez votre tête en arrière. N’oubliez pas de respirer profondément dans cette position. 

  • Posture d’inversion n°1, Viparita Karani 
  • Placez votre tapis de yoga face à un mur. Idéalement, vos jambes doivent être droites, vos chevilles doivent se toucher et vos cuisses doivent s’appuyer contre le mur dans cette posture. Fermez alors les yeux pour pratiquer une courte méditation

    Bonus : Si vous préférez vous blottir contre un coussin chauffant pendant vos règles, cela peut aussi être considéré comme du yoga.

    Texte par Apolline Gogé